La FCPE appelle les parents d'élèves à se mobiliser le 12 novembre contre les suppressions de postes et à rejoindre les cortèges syndicaux pour exiger des moyens pour l'Education nationale.

Au moment de la mise en oeuvre de réformes d'ampleur pour notre système éducatif, le gouvernement fait le choix de réduire le nombre de postes dans le second degré. Ce choix est d'autant plus incohérent que dans les réformes du bac et du lycée général et technologique, comme dans la réforme de l'enseignement professionnel, l'accompagnement des élèves est présenté comme central aussi bien pour leur réussite que pour construire leur parcours d'orientation. Or cet accompagnement nécessite des adultes formés et en nombre suffisant auprès des jeunes.

Réduire le nombre de postes, c'est aussi faire le choix de l'aggravation des inégalités ; inégalités dans l'offre éducative des établissements ou encore dans l'accès à un service public de proximité. La diminution annoncée du nombre de CIO en est un exemple criant.

L'éducation n'est pas une charge, mais un investissement pour l'avenir afin que notre école cesse d'être le lieu où se renforcent les inégalités sociales.