Question-Réponse aux candidats aux élections municipales de Boulogne-Billancourt : liste conduite par Pierre Matthieu Duhamel

 1- Questions relatives au thème « Une école qui vit aux rythmes des enfants »

Le bureau local de la FCPE de Boulogne-Billancourt souhaite connaître vos choix concernant :

? L’organisation des activités périscolaires et leur adaptation aux enfants dès septembre 2014

? L’adaptation des emplois du temps aux pics de vigilance des élèves

? Le coût des activités périscolaires pour les familles, voire leur gratuité éventuelle

? La formation des personnels encadrants et les taux d’encadrement

? La construction d’un projet éducatif de territoire, tenant compte de l’ensemble des ressources locales, et associant tous les partenaires

? La création d’un comité de suivi de la mise en place de la réforme des nouveaux rythmes scolaires, auquel les parents seront associés

? La création de commissions de sécurité aux abords des écoles et d’un plan de sécurisation des traversées des axes dangereux pour les élèves

Réponse de la liste de Pierre Mathieu Duhamel :Il y avait consensus politique sur la nécessaire refonte de l'année et de la journée scolaire. Le décret d'application qui nous a été soumis est courageux mais ne recueille pas cependant, à ce stade, un adhésion réelle. Peut-être, plus encore que la semaine, était-ce la journée de l’enfant et du jeune, son rapport aux savoirs, à la culture et au sport, l'ouverture sur le monde, qu'il fallait refonder également ?

L’école française est l’école qui concentre le plus grand nombre d’heures sur le moins de jours de classe. 144 jours travaillés pour 914 heures alors que la moyenne de l’OCDE est de 184 jours pour 769 heures. Fallait-il plutôt se concentrer sur l'allongement de l'année scolaire plutôt que travailler les mercredis matins ? Par un courrier du 30 janvier dernier, un maire en exercice déclare son incapacité à proposer " un projet cohérent et partagé ". Il nous inflige une inaction irresponsable quand il s'agissait, après un an d'un semblant de concertation, d'organiser la prochaine rentrée scolaire et la mise en œuvre de la loi sur la refondation des rythmes scolaires. Le texte est à nos yeux imparfait et insatisfaisant, certes, mais un décret d'application du gouvernement s'impose à nous au risque de mettre notre ville hors la loi. C'est pourquoi nous avons l'impérieuse nécessité de traduire localement une réforme qui nous laisse, malgré tout, dans ses propositions d'organisations, des marges de manœuvre.

Je souhaite qu'ensemble nous mettions en place un projet choisi et concerté plutôt qu'abandonner à l'académie des choix que nous n'aurions pas orientés ensemble.

Je mettrai donc en place dés le lendemain des élections un plan d'urgence pour organiser la rentrée de septembre 2014.

Il s'agira, les trentes premiers jours, de rencontrer les autorités académiques et les organisations compétentes (Syndicats enseignants et municipaux, associations de parents et forces vives éducatives, ludo-éducatives, culturelles, sportives, associatives,…) et d'apporter des conclusions constructives et rapides au travail commun réalisé.

Les questions du pilotage, d'horaires correspondant à la vie moderne, d'une pause méridienne adaptée, des pics de vigilance des élèves, des activités du soir éducatives et ludo-éducatives, des intervenants et de leur formation, celles des coûts communaux, doit être au cœur de ce défi.

Nous pourrons ainsi définir l'organisation d'une semaine type dans nos établissements scolaires, fixer les horaires définitifs et répondre, dans l'intérêt des enfants, aux incertitudes des parents, des équipes municipales et des équipes enseignantes.

Je relève votre proposition d'un "Comité de suivi" qui permettra d'apporter les adaptations utiles à mesure de la mise en place de cette réforme. Car, il va de soi, qu'un deuxième moment d'octobre 14 à mars 15 consistera à construire plus sereinement un projet éducatif territorial pour voir la rentrée 2015 être véritablement le point de départ d'une organisation structurée, performante et partagée, à la hauteur de nos ambitions communes.

Je rétablirai la commission de sécurité aux abords des écoles, malheureusement rendue inopérante par mon successeur, le maire sortant.

 


2- Question relative au thème « Adaptation des infrastructures et du matériel aux besoins des élèves»

Le bureau local de la FCPE de Boulogne-Billancourt souhaite connaître vos engagements sur la construction d’écoles publiques et d’équipements sportifs

? Les capacités d’accueil du service de restauration scolaire

? L’adaptation des locaux à toutes les activités pratiquées dans les écoles : scolaires et périscolaires et la taille des écoles

? Votre projet par rapport à la fusion des écoles Pierre Grenier et Point du Jour

? L’adaptation des locaux et du mobilier scolaire à l’âge des enfants

? Les investissements pour rendre accessibles le plus rapidement possible toutes les écoles primaires aux élèves en situation de handicap. L’accueil des élèves en situation de handicap durant les activités périscolaires. Le développement du numérique à l’école et des apprentissages de langues étrangères. Le prolongement aux lycées des dispositifs permettant aux jeunes boulonnais de pratiquer du sport ou des activités culturelles (à date en classes élémentaires et collèges; ex : classes CHAM, CHAD)

Réponse de la liste de Pierre Mathieu Duhamel :Notre rôle doit être de garantir pour tous les établissements les moyens d’obtenir de bons résultats. Il sera aussi d'offrir les moyens capables de faire entrer nos écoles et ceux qui les font vivre, les enseignants et directeurs d'école, dans une nouvelle ère éducative et culturelle. Il convient de lancer la construction du 5 ème collège et du 2 ème lycée. Les discussions avec la Région, malmenées par l'entêtement du Maire actuel, devront reprendre dés avril.

C'est en mettant en perspective l'installation d'un campus universitaire sur l'île Seguin que nous dessinerons une filière d'excellence bien tracée à Boulogne-Billancourt, dont le lycée peut-être partie prenante et tirer parti. La diminution des investissements sur le mandat précédent aboutit à un retard évident sur la rénovation pure et simple des bâtiments scolaires primaires de notre ville. Ecole Billancourt, Denfert Rochereau, Escudier, Castéjà,…, je constate mois après mois la dégradation de nos écoles. Il en va de même de l'atmosphère de travail en classe, des couleurs, des éclairages et du mobilier pour lesquels j'aimerais que nous menions une réflexion réelle quant aux nouveaux usages par les générations actuelles et futures. Nous veillerons également à adapter les différents établissements à l'accueil des élèves en situation de handicap. Nous avons la ferme volonté de renforcer les liens entre éducation nationale et ville pour déployer un réseau d'AVS conforme aux besoins.  Un plan numérique devra être entrepris à grande échelle et sur 5 ans. Il sera construit en complète collaboration avec l'éducation nationale et les directeurs d'école de notre ville, en arbitrant entre les tableaux numériques et les tablettes numériques, voir un mix entre différentes options. Quand on parle d'une pause méridienne qui s'allongerait, je préconise également que nous menions une réflexion sur les salles communes des écoles : salles de restauration et salles d'activités. La ville doit rebâtir son partenariat avec les écoles et les enseignants de Boulogne-Billancourt. Ils sont le cœur battant d'un projet éducatif, culturel, sportif, etc…, et restent demandeurs de propositions. Nous devons leur soumettre tout ce qui peut contribuer à l'ouverture sur le monde : arts à l'école, théâtre pendant le temps scolaire et hors temps scolaire, interventions d'associations culturelles, découvertes des mondes professionnels, … Les écoles, centres de vie du quartier et, pourquoi pas, "centres culturels complémentaires" pour rapprocher au plus près des boulonnais, au cœur des quartiers, les propositions artistiques de nos institutions et artistes.

L'anglais enfin est un autre outil nécessaire pour la compréhension du monde et la réussite des jeunes. Nous déploierons des locuteurs natifs et soutiendront les équipes éducatives, la formation en langue, pour promouvoir dés le plus jeune âge l'apprentissage de l'anglais parlé.

En ce qui concerne les dispositifs SHAMusique, SHADanse et sport, nous développerons la continuité du cursus jusqu'au lycée compris. Nous avons aussi l'ambition de lancer des classes CHAThéâtre primaires et secondaires.

Il convient de laisser libre cours aux initiatives, à la créativité, aux innovations, aux projets pédagogiques qui révèlent les talents des élèves comme des enseignants. Notre ville, sous couvert de l'éducation nationale, sera donc attentive à soutenir nos établissements en ce sens.

 

3- Questions relatives au thème « Faire vivre la coéducation dans l’école et sur les territoires »

Le bureau local de la FCPE de Boulogne-Billancourt souhaite connaître les moyens que vous comptez mettre en œuvre pour :

? Mettre en place un dispositif pour les enfants du secondaire exclus temporairement

? Faire dialoguer régulièrement parents, enseignants, directeurs, animateurs, ATSEM, associations et élus afin de faire avancer des projets communs, construits sur des diagnostics partagés

Réponse de la liste de Pierre Mathieu Duhamel :Les espaces parents ou "salle des parents" sont des expériences qui ont déjà été menées. J'y suis favorable à condition qu'elles soient une réponse adaptée aux besoins, en concertation avec les enseignants. Comme vous l'indiquez, il faudra alors mener des réflexions en commun avec les différents intervenants dans les écoles et agir sur la base de diagnostics partagés. Pour autant, à l'heure où les activités périscolaires doivent se développer, il faudra réfléchir ensemble à la façon dont les parents pourraient en effet contribuer à l'animation de la vie des écoles. Le Maire et ses adjoints n'ont pas vocation non plus à être les seuls initiateurs d'innovations. Nous accompagnerons volontiers ce qui améliore l'épanouissement des enfants, la réussite des élèves et la fluidité des relations entre les acteurs de l'éducation. Les collectivités territoriales ont des compétences importantes quant au suivi social, quant à la vie associative, quant à leur rôle pour les écoles, collèges et lycées. Il faudra donc renforcer ce partenariat essentiel et réfléchir avec elles (Ville, CG92 et Région) à améliorer ensemble le contexte éducatif, ce qui entoure, accompagne et soutient une bonne politique d’éducation : l’aide à la parentalité, l’accompagnement des jeunes hors les établissements, l’organisation du tutorat étudiant, la découverte des mondes professionnels et des métiers, la solidarité, la politique sociale, la culture, l’éducation populaire, etc…

 

4- Questions relatives au thème « Une restauration scolaire de qualité, accessible à tous»

Le bureau local de la FCPE de Boulogne-Billancourt souhaite connaître vos choix et votre programme d’action pour :

? Garantir l’accès à la cantine pour tous les enfants

? Une politique tarifaire équitable pour les familles

? Une tarification sur ce qui est « consommé » et non « au forfait »

? Que la restauration scolaire devienne un véritable temps éducatif

? Le respect des normes et de la qualité nutritionnelle

? La priorité donnée aux produits locaux et issus de l’agriculture biologique

Je maintiendrai la préparations des repas en cœur de ville, par nos soins, dans la cuisine centrale de notre ville. La politique tarifaire sera poursuivie telle qu'elle doit l'être pour accueillir tous les enfants, quelque soit le contexte social, la solidarité restant la ligne de conduite et l'éthique de notre grille de tarifs. Elle sera, bien entendu, abordée dans une commission ad hoc capable d'approfondir aussi l'ensemble des questions nutritionnelles de nos écoles. Nous étudierons toutes propositions dans le cadre des commissions de cantines scolaires, restant ouverts à toutes suggestions d'améliorations. Nous proposerons avec le Dr Jean-Michel Cohen, à mes cotés dans l'équipe, d'améliorer l'offre de restauration scolaire : Formation spécifique des cuisiniers de la ville, formation au goût et aux découvertes culinaires, menus équilibrés et diffusés par mail aux parents d'élèves, propositions et conseils par mail hebdomadaires ou quotidiens pour les repas du soir (complémentaire du repas du midi à l'école)